Pensées alternatives

(French & English)

ACCORDING THE UN

In the years 2030-2040, China will be short of … manpower to provide for the needs of many elderly people (today’s adults). Like Europe, Japan and South Korea, China will have to finance pensions. Those over 65 already made up 15.4% of the population of Shanghai in 2001 (Chinese average 8.6%). This opens up an unusual field of social and economic concerns for China. According to United Nations projections, the proportion of people over 65 will drop from 7% in 2000 to 23% in 2050, reaching 320 million people, more than the combined total of the elderly inNorth America, Japan and Europe. China today is not ready for this massive influx of elderly people. It has hardly developed the geriatric care sector, and the recent skyrocketing medical costs in neo-capitalist China have created huge inequalities in the face of the disease. The country has only 2.5 million beds in specialized institutions for elderly patients, while the needs are estimated at 8 million in 2010, and the country has only 250,000 specialized nurses, present mainly in the big cities , while it would take 10 million across the country (China National Committee on Aging).

This aging population will upset the country’s development model. Rather than proud skyscrapers, shouldn’t we rather build nursing homes? The major problem for the government is the almost inexistence of a system of social protection and adequate pensions. Even if in the big urban centers of the employees contribute for their old days by means of pension funds to American which begin to appear in the Chinese companies, in the countryside the situation is catastrophic: according to the National Institute of Statistics, 65% of Chinese farmers at retirement age have no income. In these conditions, they can only count on the solidarity of their families.

Traditionally, the elderly are cared for at home by their families, but the rapid changes in Chinese society have undermined the secular family balance. The breakdown of families with migrations to the most dynamic regions keeps unmarried sons and daughters away from their parents, the entry of women into the wage labor market (factories, shops, offices) limits their availability to take care seniors. The sharp rise in rents and housing purchase costs since the appearance of a real estate market in the 1980s, taking over from the housing services provided by the work units, makes cohabitation more expensive multigenerational in big cities. Longevity is a long-held value in Chinese culture, but the thirst for consumption and the individualism of the younger generations contrast sharply with the ethics of austerity, the sense of sacrifice and the lack of resources of their elders. .

The aging of the Chinese population is taken very seriously at the top of the state. The government is banking on growth and raising living standards to solve the problem: if the upward trend in income of young workers continues, they will be able to bear the social cost of the elderly. But the urgency to create a national pension system was the subject of a motion in the Party Congress, the Chinese authorities considering that the precariousness of the elderly is today a factor of social imbalance. The Chinese government must act quickly: China is the developing country with the most marked aging of the population. The old state system, which took care of all Chinese from the cradle to the coffin (“the iron rice bowl”), is being dismantled. Before the economic reform, state-owned enterprises paid pensions to their former employees themselves. Today, the central government has cut its subsidies and companies have to balance their accounts, which is difficult when they have to pay pensions.

SELON LES NATIONS UNIES

Dans les années 2030-2040, la Chine manquera… de main-d’oeuvre pour subvenir aux besoins de nombreuses personnes âgées (les adultes d’aujourd’hui). Comme l’Europe, le Japon et la Corée du Sud, la Chine devra assurer le financement des retraites. Les plus de 65 ans constituaient déjà 15,4 % de la population de Shanghai en 2001 (moyenne chinoise 8,6 %). Cela ouvre pour la Chine un champ inhabituel de préoccupations sociales et économiques. Selon les projections de l’ONU, la proportion de personnes de plus de 65 ans devrait en effet y passer de 7 % en 2000 à 23 % en 2050, pour atteindre 320 millions de personnes, soit davantage que le total combiné des personnes âgées d’Amérique du Nord, du Japon et d’Europe. La Chine d’aujourd’hui n’est pas prête pour cet afflux massif de personnes âgées. Elle n’a guère développé le secteur des soins gériatriques et la flambée récente des coûts médicaux dans la Chine néo-capitaliste a créé de très fortes inégalités face à la maladie. Le pays ne dispose que de 2,5 millions de lits dans des institutions spécialisées pour malades âgés, alors que les besoins sont estimés à 8 millions en 2010, et le pays n’a que 250 000 infirmières spécialisées, présentes surtout dans les grandes villes, alors qu’il en faudrait 10 millions à travers le pays (China National Committee on Aging).

Ce vieillissement de la population va bouleverser le modèle de développement du pays. Plutôt que d’orgueilleux gratte-ciel, ne faudra-t-il pas plutôt bâtir des maisons de retraite médicalisées ? Le problème majeur pour le gouvernement est la quasi-inexistence d’un système de protection sociale et de retraites convenables. Même si dans les grands centres urbains des salariés cotisent pour leurs vieux jours par le biais de fonds de pension à l’américaine qui commencent à apparaître dans les entreprises chinoises, dans les campagnes la situation est catastrophique : selon l’Institut national des statistiques, 65 % des paysans chinois à l’âge de la retraite ne bénéficient d’aucun revenu. Dans ces conditions, ils ne peuvent compter que sur la solidarité de leurs familles.

Traditionnellement, en effet, les anciens sont pris en charge à domicile par leur famille, mais les rapides mutations de la société chinoise ont mis à mal l’équilibre familial séculaire. L’éclatement des familles avec les migrations vers les régions les plus dynamiques éloigne les fils et les filles non mariées de leurs parents, l’entrée des femmes sur le marché du travail salarié (usines, magasins, bureaux) limite leur disponibilité pour prendre soin des personnes âgées. La forte hausse des loyers et des frais d’achat des logements depuis l’apparition d’un marché de l’immobilier dans les années 1980, prenant le relais des services d’habitat fournis par les unités de travail, rend plus coûteuse la cohabitation multigénérationelle dans les grandes villes. Certes, la longévité est une valeur prisée de longue date dans la culture chinoise, mais la soif de consommation et l’individualisme des jeunes générations contrastent singulièrement avec l’éthique d’austérité, le sens du sacrifice et le manque de ressources de leurs aînés.

Le vieillissement de la population chinoise est pris très au sérieux au sommet de l’État. Le gouvernement mise sur la croissance et sur l’élévation du niveau de vie pour résoudre le problème : si la tendance à l’augmentation du revenu des jeunes travailleurs se poursuit, ils pourront prendre en charge le coût social des personnes âgées. Mais l’urgence de créer un système national de retraites a fait l’objet d’une motion au Congrès du Parti, les autorités chinoises estimant que la précarité des gens âgés est aujourd’hui un facteur de déséquilibre social. Le gouvernement chinois doit faire vite : la Chine est le pays en voie de développement où le vieillissement de la population est le plus marqué. L’ancien système étatique, qui prenait en charge tous les Chinois du berceau jusqu’au cercueil (« le bol de riz en fer »), est en plein démantèlement. Avant la réforme de l’économie, les entreprises publiques versaient elles-mêmes les retraites à leurs anciens employés. Aujourd’hui, le gouvernement central a réduit ses subventions et les entreprises doivent équilibrer leurs comptes, ce qui est difficile lorsqu’elles doivent verser des pensions.

AFTER SMART PHONES, SMART CARS, SMART HOMES & TV….etc

SMART VIRUS ?

ACCORDING TO MEDSCAPE

The oldest are the most severely affected
A total of 72,314 cases of Covid-19 diagnosed as of February 11 were included in the study. Of these cases, 44,672 were considered confirmed (PCR on samples), 16,186 as suspect cases (symptoms and exposure), 10,567 clinically diagnosed (from Hubei province, based on symptoms, including radiography) and 889 asymptomatic cases (diagnosed on the basis of positive examination results but without typical symptoms).

“Most cases were diagnosed in Hubei province (75%) and most reported exposure in the Wuhan region (86%, Wuhan residents or a visitor in close contact with the city)” say the authors .

87% of the patients were aged 30 to 79 years (38,680 cases). This age group was the most affected, followed by the age group 20 to 29 (3,619 cases or 8%), those 80 and over (1,408 cases, or 3%), and 1% among those under 19 years old.

The virus kills 1 in 2 of the most severely affected patients
Of the confirmed cases, 1,023 patients died from the virus, representing a death rate of 2.3%. This rate is nevertheless significantly higher among the oldest, rising to 14.8% among the over 80s, and is 8.0% among the 70 to 79 year olds. Also, while patients who do not have a comorbidity have a fatality rate of 0.9%, patients who have multiple pathologies have much higher rates: 10.5% for those suffering from cardiovascular diseases, 7, 3% for diabetes, 6.3% for chronic respiratory diseases, 6.0% for hypertension, and 5.6% for cancer. In general, in the face of viral attacks, 2 types of population are considered to be the most vulnerable. Young children whose immune systems are not yet firmly established, and older children whose health deteriorates as they age. However in the case of the coronovirus, one can note two unexpected characteristics.

1) The rate of lethalitis of the under 10 years is 0%, and 1% in the under 19 years
2) The rate of lethalite is 8.0% in the 70 to 79 years and 14.8% in the over 80 years
3) The rate of intermediate lethalitis, patients without comorbidity have a fatality rate of 0.9%

ACCORDING TO SCIENCES ET AVENIR (French magazine)

Certain categories of the population are however clearly at higher risk, according to the available data. The most complete analysis to date, published on February 17, 2020 by the Chinese authorities and then on February 24, 2020 in the American medical journal Jama, shows that the mortality rate increases markedly with age. Out of almost 45,000 confirmed cases, the average mortality rate is 2.3%. But there are no deaths among children under the age of 10. Up to the age of 39, the mortality rate remains very low, at 0.2%, then drops to 0.4% in those in their forties, 1.3% in those aged 50-59, 3.6% in those aged 60- 69 years and 8% in the 70-79 age group.

People over the age of 80 are most at risk with a mortality rate of 14.8%. Outside of China, there are also many elderly people among the victims. In Italy, the most affected country in Europe, at least six people among the first 14 deaths were aged 80 or over.

to put in relation with:

10.5% for those suffering from cardiovascular diseases
7.3% for diabetes
6.3% for chronic respiratory diseases
6.0% for hypertension
5.6% for cancer

SELON MEDSCAPE

Les plus âgés sont les plus sévèrement atteints
Un total de 72 314 cas de Covid-19 diagnostiqués en date du 11 février ont été pris en compte dans l’étude. Sur ces cas, 44 672 étaient considérés comme confirmés (PCR sur des échantillons), 16 186 comme des cas suspects (symptômes et exposition), 10 567 diagnostiqués cliniquement (de la province d’Hubei, sur la base de symptômes, radiographie comprise) et 889 cas asymptomatiques (diagnostiqués sur la base de résultats d’examen positifs mais sans symptômes typiques).

« La plupart des cas ont été diagnostiqués dans la province de Hubei (75%) et la plupart ont rapporté une exposition dans la région de Wuhan (86%, habitants de Wuhan ou un visiteur en contact proche avec la ville) » disent les auteurs.

87% des patients étaient âgés de 30 à 79 ans (38 680 cas). Ce groupe d’âge était le plus atteint, suivi par la tranche d’âge 20 à 29 (3 619 cas ou 8%), ceux de 80 et plus (1408 cas, ou 3%), et 1% chez les moins de 19 ans.

Le virus tue 1 patient sur 2 parmi les plus sévèrement atteints
Sur l’ensemble des cas confirmés, 1 023 patients sont morts du virus, soit un taux de décès de 2,3%. Ce taux est néanmoins nettement plus élevé chez les plus âgés, passant à 14,8% chez les plus de 80 ans, et est de 8,0% chez les 70 à 79 ans. Aussi, alors que les patients qui n’ont pas de comorbidité ont un taux de létalité de 0,9%, les patients qui cumulent les pathologies ont des taux beaucoup plus élevés : 10,5% pour ceux souffrant de maladies cardiovasculaires, 7,3% pour le diabète, 6,3% pour les maladies respiratoires chroniques, 6,0% pour l’hypertension, et 5,6% pour le cancer. En regle generale,face aux attaques virales, 2 types de population sont considerees comme les plus vulnerables. Les jeunes enfants dont le systeme immunitaire n’est pas encore solidement constitue, et les plus vieux dont la sante se fragilise a mesure que l’age avance. Or dans le cas du coronovirus, on peut noter deux caracteristiques inattendues.

1) Le taux de lethalite des moins de 10 ans est de 0%, et 1% chez les moins de 19 ans
2) Le taux de lethalite est de 8,0% chez les 70 à 79 ans et 14,8% chez les plus de 80 ans
3) Le taux de lethalite intermediaire, les patients n’ayant pas de comorbidité ont un taux de létalité de 0,9%

SELON SCIENCES ET AVENIR

Certaines catégories de la population sont toutefois nettement plus à risque, selon les données disponibles. L’analyse la plus complète à ce jour, publiée le 17 février 2020 par les autorités chinoises puis le 24 février 2020 dans la revue médicale américaine Jama, montre ainsi que le taux de mortalité augmente nettement avec l’âge. Sur près de 45.000 cas confirmés, le taux moyen de mortalité est de 2,3%. Mais aucun décès n’est à déplorer parmi les enfants de moins de 10 ans. Jusqu’à 39 ans, le taux de mortalité reste très bas, à 0,2%, puis passe à 0,4% chez les quadragénaires, 1,3% chez les 50-59 ans, 3,6% chez les 60-69 ans et 8% chez les 70-79 ans.

Les personnes âgées de plus de 80 ans sont les plus à risque avec un taux de mortalité de 14,8%. Hors de Chine, on trouve aussi de nombreuses personnes âgées parmi les victimes. En Italie, pays le plus touché en Europe, au moins six personnes parmi les 14 premiers décès étaient âgées de 80 ans ou plus.

a mettre en relation avec:

10,5% pour ceux souffrant de maladies cardiovasculaires
7,3% pour le diabète
6,3% pour les maladies respiratoires chroniques
6,0% pour l’hypertension
5,6% pour le cancer

WHAT MARKET FOR SMART VIRUS ?

Without wanting to be cynical if this virus knew a global dimension, demographic distribution would become ideal for so-called liberal societies, the big capital and … insurances

It remains to be seen what the numbers will be, as soon as all developing or weakly equipped countries are affected.

Sans vouloir etre cynique si ce virus connaissait une dimension planetaire, la distribution demographique deviendrait ideale pour les societes dites liberales, le grand capital et…le monde de l’assurance

Reste à savoir quel seront les chiffres, dès que tous les pays en développement ou faiblement équipés seront touchés.

A QUI PROFITE LE CRIME ?

Advertisements

Published by micasaijen

Your best hostess near Ijen

Leave a Reply

%d bloggers like this: