REMINDER


REPORT COVID-19 2020

La mortalité des moins de 65 ans a-t-elle vraiment diminué en 2020, comme l’affirme le professeur Didier Raoult ?

Ce constat est fait par l’Insee. Il s’explique notamment par une baisse vertigineuse du nombre d’accidents de la circulation en France.

Ce constat chiffre en France peut etre applicable dans la majorite des pays.

“Les chiffres, pour moi, n’ont pas un sens symbolique particulier.” Alors que la France a franchi, jeudi 15 avril, le seuil des 100 000 victimes du Covid-19, Didier Raoult a refusé d’y voir un symbole. Invité de BFMTV, le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille a cependant commenté le passage de ce cap vertigineux. 

>> Suivez les dernières informations sur l’épidémie de Covid-19 dans notre direct

“Si vous prenez les gens de moins de 65 ans, il est mort moins de gens en 2020 qu’en 2019 et en 2018. Moins. Tandis que si vous prenez les gens de plus de 75 ans ou les gens de plus de 85 ans, il en est mort beaucoup plus”, a relevé le microbiologiste, révélé au grand public par ses prises de position iconoclastes sur la lutte contre la pandémie. Didier Raoult dit-il vrai ou fake ?

Une baisse avérée de la mortalité des moins de 65 ans l’année dernière

Toutes causes confondues, 667 400 décès ont été enregistrés en France en 2020, “soit 9% de plus qu’en 2018 ou 2019”, dénombre l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans une estimation provisoire. Une plongée dans ces chiffres de l’Insee permet d’identifier un double phénomène. D’un côté, une hausse de la mortalité de plus de 10% a touché les plus de 65 ans entre 2020 et 2019. De l’autre, les moins de 65 ans ont été moins nombreux à perdre la vie en 2020.

Dans le détail, la mortalité a baissé de 6% pour les moins de 25 ans et de 1% pour les 25-49 ans. Mais pour les personnes âgées de 50 à 64 ans, elle s’est accrue de 2%. L’Insee considère donc que la hausse de la mortalité a été “négligeable” chez les moins de 65 ans. Ce qui donne raison au professeur Raoult.

L’effet protecteur des restrictions sanitaires

Comment expliquer une telle baisse de la mortalité chez les plus jeunes ? Pour le démographe et épidémiologiste Jean-Marie Robine, joint par franceinfo, l’explication tient aux mesures sanitaires, qui ont eu des effets bénéfiques collatéraux. “Le confinement, en forçant les gens à rester chez eux, a diminué une grande partie de la mortalité des plus jeunes.” Premier phénomène identifié par le conseiller scientifique de l’Institut national d’études démographiques (Ined) : la diminution des accidents de la route. “Ce sont très souvent des jeunes qui en sont victimes”, relève Jean-Marie Robine.

Ce que confirment les données de l’année 2020. Le nombre d’automobilistes tués dans un accident de la route a diminué de 28% entre 2019 et 2020, s’établissant à 1 172 morts, rapporte l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière. Chez les 18-24 ans, pour qui la mort sur la route représente “la première cause de décès” selon le gouvernement, cette diminution atteint 22%. Pour l’organisme public, la limitation des “déplacements pendant les confinements et périodes de couvre-feu” et des départs en vacances moins nombreux expliquent cette baisse drastique du nombre de morts sur la route.

Les gestes barrières ont eux aussi joué dans la baisse de la mortalité des moins de 65 ans, estime Jean-Marie Robine. “Porter le masque les a protégés de tout ce qu’ils auraient pu attraper par ailleurs, que ce soit des gastro-entérites, des grippes ou les maladies infectieuses en général”, liste l’épidémiologiste. Des pathologies effectivement en net recul en 2020. Selon Santé publique France (document PDF), l’épidémie de grippe de 2019-2020 aurait fait 3 680 morts, contre 9 000 décès en temps normal.

Une mortalité faible face au Covid-19

Cette baisse de la mortalité chez les moins de 65 ans s’explique aussi par une plus faible létalité du virus chez les plus jeunes, fait remarquer Jean-Marie Robine. “C’est une population très très peu à risque de décéder du Covid, à moins d’avoir des comorbidités”, relève l’épidémiologiste et démographe. Les données extraites de la plateforme publique Géodes sur 44 000 décès l’attestent : 87% des morts du Covid-19 étaient âgés de plus de 70 ans, dont trois quarts de personnes au moins octogénaires.

Autre phénomène mis en avant par Jean-Marie Robine : contrairement aux craintes dues au contexte sanitaire et aux restrictions, “il n’y a pas eu d’augmentation du nombre de suicides en 2020”, affirme le démographe. Chaque année, près de 10 000 personnes mettent fin à leurs jours en France. Une situation qui touche principalement les adultes de 25 à 59 ans, révèle Santé publique France. Si l’Observatoire national du suicide n’a, pour l’heure, pas publié de bilan pour l’année écoulée, les indicateurs pointent en effet plutôt vers une absence de hausse du nombre de passages à l’acte en 2020, révélait Le Monde en novembre.

Cette baisse peut sembler paradoxale et provisoire, alors que les conséquences psychologiques des restrictions sanitaires et de la pandémie se font jour. Ainsi, 9% des personnes interrogées par Santé publique France confiaient avoir des pensées suicidaires à la mi-mars 2021. Et 20,7% des répondants présentaient un état dépressif. Santé publique France constate que la santé mentale est particulièrement dégradée chez les étudiants et les moins de 49 ans.

Has under-65 mortality really decreased in 2020, as Professor Didier Raoult asserts?

This observation is made by INSEE. It can be explained in particular by a dizzying drop in the number of traffic accidents in France.

This figure in France may be applicable in the majority of countries.

“The numbers, for me, don’t have a particular symbolic meaning.” While France crossed the threshold of 100,000 Covid-19 victims on Thursday April 15, Didier Raoult refused to see it as a symbol. Guest of BFMTV, the director of the University Hospital Institute (IHU) of Marseille, however, commented on the passage of this vertiginous cape.

Follow the latest information on the Covid-19 epidemic in our direct

“If you take people under 65, fewer people died in 2020 than in 2019 and 2018. Less. While if you take people over 75 or people over 85 , he died a lot more “, noted the microbiologist, revealed to the general public by his iconoclastic positions on the fight against the pandemic. Is Didier Raoult telling the truth or fake?


A proven drop in under-65 mortality last year

All causes combined, 667,400 deaths were recorded in France in 2020, “or 9% more than in 2018 or 2019”, counts the National Institute of Statistics and Economic Studies (Insee) in a provisional estimate. A dive into these INSEE figures makes it possible to identify a double phenomenon. On the one hand, an increase in mortality of more than 10% affected those over 65 between 2020 and 2019. On the other hand, those under 65 were less likely to lose their lives in 2020.

In detail, mortality has fallen by 6% for those under 25 and by 1% for those aged 25-49. But for people aged 50 to 64, it increased by 2%. INSEE therefore considers that the increase in mortality was “negligible” among those under 65. Which gives reason to Professor Raoult.

The protective effect of sanitary restrictions

How to explain such a drop in mortality among the youngest? For the demographer and epidemiologist Jean-Marie Robine, joined by franceinfo, the explanation lies in the health measures, which have had beneficial collateral effects. “The lockdown, by forcing people to stay at home, has reduced much of the mortality among the youngest.” First phenomenon identified by the scientific adviser of the National Institute of Demographic Studies (INED): the reduction in road accidents. “It is very often young people who are victims”, notes Jean-Marie Robine.

This is confirmed by the data for the year 2020. The number of motorists killed in a road accident decreased by 28% between 2019 and 2020, settling at 1,172 deaths, reports the National Interministerial Safety Observatory road. Among 18-24 year olds, for whom death on the road represents “the leading cause of death” according to the government, this decrease reaches 22%. For the public body, the limitation of “travel during confinements and periods of curfew” and fewer departures on vacation explain this drastic drop in the number of road deaths.

Barrier gestures have also played a role in lowering mortality among those under 65, believes Jean-Marie Robine. “Wearing the mask protected them from anything they could have caught elsewhere, whether it be gastroenteritis, flu or infectious diseases in general”, lists the epidemiologist. Pathologies effectively in decline in 2020. According to Public Health France (PDF document), the 2019-2020 flu epidemic would have caused 3,680 deaths, against 9,000 deaths in normal times.


Low mortality in the face of Covid-19

This drop in mortality among those under 65 is also explained by a lower lethality of the virus among the youngest, notes Jean-Marie Robine. “It is a population very, very little at risk of dying from Covid, unless they have comorbidities”, notes the epidemiologist and demographer. Data extracted from the public platform Géodes on 44,000 deaths attest to this: 87% of Covid-19 deaths were over 70 years old, of which three quarters were at least in their eighties.

Another phenomenon highlighted by Jean-Marie Robine: contrary to fears due to the health context and restrictions, “there was no increase in the number of suicides in 2020”, says the demographer. Each year, nearly 10,000 people end their life in France. A situation that mainly affects adults aged 25 to 59, reveals Public Health France. If the National Suicide Observatory has, for the time being, not published a report for the past year, the indicators indeed point to an absence of an increase in the number of acts in 2020, revealed the news paper Le Monde in November.

This decline may seem paradoxical and temporary, as the psychological consequences of health restrictions and the pandemic emerge. Thus, 9% of the people questioned by Public Health France confided to having suicidal thoughts in mid-March 2021. And 20.7% of the respondents presented a depressive state.

Public Health France notes that mental health is particularly degraded among students and those under 49 years old.

Julien Nguyen Dang – franceinfo France Télévisions

Published by MI CASA IJEN

BEST HOTEL IN BANYUWNGI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: